mouvement-monnaie-juste

mouvement-monnaie-juste

1 - Petite histoire de la monnaie depuis l'Antiquité

Cliquez sur l'image pour agrandir

 

 

I – La monnaie hier

Histoires sur les monnaies, les banques et de la "science" économique

 

Dans le cas de la création monétaire, l'avantage serait toujours pour ceux qui émettent la monnaie de crédit ; et comme le gouvernement représente la Nation, la Nation aurait épargné l'impôt si elle, et non la banque, avait fait elle-même l'émission de cette monnaie… Le public aurait un intérêt direct à ce que ce fut l'État, et non une compagnie de marchands ou de banquiers, qui fit cette émission. David Ricardo dans Principe de l'économie politique et de l'impôt (1817).

 

Afin que vous puissiez vous faire une idée sur le fait monétaire au cours de l'Histoire, nous verrons dans cette première partie les éléments les plus importants de l'histoire monétaire et politique de l'Occident. Voici donc quelques histoires sur les monnaies et les combats des hommes politiques contre les banquiers aux USA, en France et en Angleterre.

 

 

1 - Petite histoire de la monnaie depuis l'Antiquité

 

Un coquillage de 1 à 2 cm de long (le cauri - Cypraea moneta) est une des premières monnaies de l’humanité. On retrouve des traces de son utilisation en Chine dès la dynastie Shang -1600 à -1046 av. J.-C. Les premières monnaies sont des monnaies-marchandises : le sel (de là le mot salaire), les briques de thé et les têtes de bétail furent des monnaies ; à peu près n’importe quoi pouvait servir de monnaie, cela devait simplement être transportable, et assez de personnes devaient avoir la conviction que cela pourrait plus tard être échangé contre des choses d’une valeur réelle. Coquillages, fèves de cacao, pierres précieuses, et mêmes des plumes, ont été utilisés comme monnaie. Finalement, les métaux précieux ont détrôné toutes les autres monnaies-marchandises. Un jour est venue l’idée de fondre les métaux en petits lingots uniformes et de même poids. On essaie plusieurs formes et finalement le disque marqué sur les deux faces va s’imposer ; c’est l’apparition de la pièce de monnaie, un petit lingot dont le poids et le titre sont garantis par l’État et certifiés par l’intégrité des empreintes qui recouvrent sa surface. L'idée de frapper des pièces en métal précieux serait née autour de la mer Égée vers 650 av. J.-C. Des pièces d'électrum (un alliage d'or et d'argent) frappées à Sardes par le roi Alyatte, qui régna sur la Lydie entre 610 et 560 av. J.-C. et ensuite la monnaie athénienne que l'on frappe à l'effigie de la chouette est en argent, extrait des mines du Laurion qui fournissent en abondance un excellent métal.  

 

Monnaies grecques antiques sacra-moneta.com/…ale.html / fr.wikipedia.org/…antique / gallica.bnf.fr/…grecques (Informations détaillées et photos de plus de 120 000 exemplaires des toutes premières monnaies frappées en Asie Mineure et en Grèce)

 

En 269 av. J.-C., les Romains installent leur atelier de frappe des sesterces dans le temple de la déesse Junon Moneta ou Junon l’avertisseuse, femme de Jupiter, déesse des phénomènes célestes, déesse protectrice de Rome, protectrice du foyer et pour cette raison surnommée « Moneta » (du latin monere : l'avertisseuse, conseiller), dont nous avons fait monnaie et money en anglais. Mais les Romains eux-mêmes employaient les mots nomisma (du grec : ce qui est consacré par la loi) et aussi pecunia (de pecus, troupeau) qui donnera pécuniaire en français ; ce terme, comme le sanscrit rupa (roupie) et le germain feo, vieh (cf. anglais fee, salaire), rappelait l'époque où toute propriété était évaluée en têtes de bétail (capita, têtes, a donné « capital ») ; ainsi l'hébreu keseph désigne-t-il à la fois le mouton et l'argent, gemel à la fois le chameau et le salaire. Quant aux langues modernes, elles font référence à des métaux (l'allemand Geld, argent), mais aussi à toute espèce en circulation (l'anglais currency) ou encore à l'ancienne unité romaine, le denier (denarius, dix as), qui a donné denaro en italien, dinero en espagnol, dinar (bulgare, serbe, arabe) sur tout le pourtour de l'Empire latin. Ces sources diverses, par leur variété même, font comprendre ce qu'est d'abord la monnaie : tout instrument d'échange économique, qu'il soit incarné dans le cheptel, représenté par un métal conventionnel ou simplement fondé sur une domination étatique. Denrée et marchandise utile, ou monnaie symbole, la monnaie fut ainsi soumise, dès son origine, à l'ambiguïté dénotée par Aristote : « Parfois la monnaie semble être une pure futilité […] et, aussi loin qu'aille sa nature, un pur rien, car si ceux qui s'en servent abandonnent une monnaie pour une autre, elle devient sans valeur et sans utilité pour les nécessités de la vie. »

 

Auguste réorganise le système monétaire romain sur le principe du trimétallisme, avec la circulation en parallèle de pièces en or, argent et bronze. L'aureus pèse environ 8 grammes (g) d'or, sa parité avec le denier d'argent est fixée à 1/25. Le denier lui-même équivaut à 4 sesterces de bronze. Mais la raréfaction progressive de l'argent entraîne une rupture des parités et une perte de confiance dans la valeur respective des pièces.

 

Au début du IIIe siècle après J.-C., l'empereur Constantin 1er impose le monométallisme avec une pièce en or, le Solidus aureus (solidus : massif en latin), d'où nous viennent les mots sou mais aussi solde et soldat. Les premiers solidus sont frappés à Trèves, en Rhénanie, en l'an 310. Il a été le dollar du Moyen-âge jusqu’au 13e siècle. Il disparaîtra vers 1250 lorsque Gènes et Florence frapperont le florin, qui était également une monnaie d’or.

 

Après les troubles du haut Moyen-âge, Charlemagne, faute d'approvisionnement suffisant en or, doit se résigner à mettre en circulation une nouvelle monnaie de référence, le denier d'argent (de 1,36 à 1,80 g d'argent). Du monométallisme fondé sur l'or, voilà donc que l'on passe à un monométallisme fondé sur l'argent. Celui-ci va si bien entrer dans les mœurs qu'on utilise aujourd'hui encore le nom de l'argent comme synonyme de monnaie ou numéraire.

 

À l'époque féodale, la dispersion du pouvoir régalien entre une multitude de seigneuries indépendantes entraîne la création d'autant d'ateliers de frappe avec des monnaies locales de faible valeur. Les pièces d'or réapparaissent au XIIIe siècle, dans la grande période d'expansion économique du Moyen-âge, avec la renaissance du commerce international. La première est le florin de Florence en 1252. Vient ensuite le prestigieux ducat de Venise. Saint Louis, pour faire bonne mesure, limite l'activité des ateliers seigneuriaux et crée le gros tournois d'argent et l'écu, d'une valeur de 10 sous-tournois.

 

En 1559, l'empereur d'Allemagne Ferdinand 1er de Habsbourg crée un Reichsthaler en argent. Son nom est une abréviation de Joachimsthaler. Il vient de Joachimsthal – vallée de Joachim (Jacques), ville entourée de riches gisements argentifères, dans les monts Métallifères, en Bohême. La frappe de monnaies en argent a débuté à cet endroit quarante ans plus tôt, en 1519, à l'initiative des comtes de Schlick. En 1750, l'impératrice Marie-Thérèse de Habsbourg fait à son tour frapper un thaler d'argent à son effigie avec l'inscription : M. THERESIA D. G. R. IMP. HU. BO. REG. ARCHID. AVST. DUX BURG. CO. TYR. (abréviation de Maria Theresia, Dei Gratia Romanorum Imperatrix, Hungariae Bohemiaeque Regina, Archidux Austriae, Dux Burgundiae, Comes Tyrolis, Marie-Thérèse, impératrice romaine, reine de Hongrie et de Bohême, archiduchesse d'Autriche, duchesse de Bourgogne, comtesse du Tyrol). Très vite, le Maria Theresien Thaler (MTT) va devenir une monnaie internationale très prisée dans les colonies espagnoles et anglaises d'Amérique. Après la mort de Marie-Thérèse en 1780, cette monnaie de très bon aloi sera frappée avec la date de 1780 et le portrait bien en chair de la souveraine dans son âge mûr. Elle continuera de l'être jusqu'au milieu du XXe siècle du fait d'une popularité persistante en Afrique orientale et dans la péninsule Arabique.

 

Quand ils créent leur propre monnaie, le 4 avril 1792, les États-Unis lui donnent le nom de dollar qui n'est autre que la déformation phonétique du mot thaler, la monnaie de Marie-Thérèse ayant été la première qu'aient utilisée les planteurs d'Amérique du Nord. L'actuel dollar américain est d'une certaine manière l'actuel et véritable continuateur du thaler de Marie-Thérèse.

 

Monnaie & histoire → fr.wikipedia.org/wiki/Monnaie / fr.wikipedia.org/…monnaie / fr.wikipedia.org/wiki/Thaler 

Sites numismatiques lefranc.net / cgb.fr / numisaisne.com / comptoir-des-monnaies.com / numiscorner.fr / montay-numismatique.fr

 

 

Pour ne pas perdre cette page, lorsque vous survolez un lien, faites un clic droit et choisir une option

 



04/03/2018
0 Poster un commentaire